Histoires de cultes

Les religions vues d'ici-bas

Raas Assana, le Nouvel an musulman

| 0 Commentaires

Le Nouvel An musulman ( Raas Assana ) est une fête célébrée chaque année par les musulmans. Elle est aussi appelée 1er Muharram – du nom du premier mois du calendrier lunaire islamique. On y commémore l’exil (dit “Hégire”) de Muhammad avec ses disciples vers Médine en 622. Comme d’autres célébrations islamiques, les dates diffèrent d’une année à l’autre par rapport au calendrier grégorien, car elles sont basées sur le cycle lunaire. La date elle-même et les pratiques festives sont très variées selon les pays.

Qu’est-ce que le Nouvel An musulman ?

Le Nouvel An islamique débute avec la nouvelle lune observée au coucher du soleil. Son arrivée marque le début du mois de Muharram, l’un des quatre mois saints du calendrier islamique. C’est le deuxième mois le plus saint de l’année, après le Ramadan. Muharram signifie « interdit » et de nombreux adeptes de l’islam choisissant de jeûner les neuvième et dixième jours de celui-ci.

Cette fête commémore l’émigration de Mohammed de La Mecque à Médine, qui est connue sous le nom de Hégire (ou Hijrah). Mahomet et un certain nombre de musulmans de l’époque ont émigré à Médine en raison des persécutions exercées par les incrédules. C’est là qu’il établi le premier État musulman avant de revenir à La Mecque (en Arabie Saoudite) après une conquête militaire des années plus tard.

Ce premier mois de l’année marque également l’anniversaire de la bataille historique de Karbala, le 10 octobre 680 après JC, où le petit-fils du prophète Mahomet, l’imam Hussein ibn Ali, fut tué pendant le siège de la ville irakienne à 100 km au sud de Bagdad, un événement largement commémoré par les chiites lors de l’Achoura.

La nouvelle lune de Raas Assana, le nouvel an musulman

Quelle est la date du Nouvel an ?

Dans certains pays islamiques, dont l’Arabie saoudite – des calculs astronomiques sont utilisés pour déterminer les dates du calendrier islamique. Dans d’autres il s’agit d’une observation à l’oeil nu de lune. Pour cette raison, il peut y avoir des différences allant jusqu’à deux jours selon l’endroit où l’on habite.

Pour la majorité des musulmans, le Nouvel An du Hijri tombera le 11 septembre 2018. L’année 1440 de l’hégire se déroulera donc du 12 septembre 2018 au 31 août 2019.

Petit clin d’oeil de l’histoire, le 21 septembre 2017, Raas Assana a coïncidé avec la fête juive du nouvel an Roch Hachana. On notera par ailleurs la ressemblance forte des noms de ces deux fêtes.

Comment célèbre-t-on la nouvelle année ?

Si la date varie selon les pays, les rituels du Nouvel An islamique (Raas Assana) sont, eux aussi, très divers. Certains pays arabes islamiques, mais pas tous, déclarent un jour férié et organisent les célébrations. Habituellement lors des fêtes musulmanes on distribue des friandises et on raconte l’histoire du Prophète Mohammed. Ces fêtes sont souvent accompagnées d’actes religieux tels que la prière et l’aumône. En ce jour les musulmans échangent aussi des salutations pour se souhaiter joie, paix, bonheur et bonne santé pour l’année à venir. Voici quelques particularités de pays musulmans:

– À la Mecque, Arabie Saoudite
Au début de chaque année hijri, les habitants de La Mecque récitent les prières et partagent les bénédictions. La fête prend un caractère joyeux. On y pratique un ensemble de coutumes et de traditions enracinées dans la mémoire collective et héritées au fil des ans.

– En Egypte
La célébration du Nouvel An est un événement important dans la vie du citoyen égyptien. Il y dresse des tables succulentes préparées pour l’occasion et dominées par les sucreries et les gâteaux signifiant l’espoir d’une année douce et divertissante. Les Égyptiens – hommes, femmes et enfants – portent leurs plus beaux habits pour accueillir le Nouvel An. Ils se retrouvent sur les places publiques pour prier et échanger de belles salutations.

– En Tunisie
A cette occasion, les villageois se retrouvent pour manger du mouton, du couscous, des fèves et le plat mouloukhia (de forte couleur verte) dans l’espoir d’une année verte et fertile.

– En Algérie
Les femmes algériennes préparent les plats traditionnels les plus délicieux pour sublimer la fête. On y prépare souvent un chakhchoukha et différentes pâtisseries préparées selon des méthodes traditionnelles. Le Shakshoukha est l’un des plats les plus célèbres d’Algérie, un repas spécial pour les mariages et les fêtes. Il est préparé avec des pâtes de blé tendre (feuilles de rougag), accompagné d’une sauce à la tomate épicée, de gros morceaux de viandes et de pois chiches.

Merci à mon ami Hammid pour sa description des traditions des différents pays. N’hésitez pas à commenter si vous connaissez d’autres coutumes, ou si une erreur s’est glissée dans ce texte. Merci!

Auteur : Phil Arvis

Passionné de foi et de religion, je fais des études par correspondance dans une faculté de théologie pour mieux comprendre les divers courants de pensées et l'histoire des religions et des cultes (d'où le nom de ce blog d'ailleurs!). Je m'attache à décrire ce que je comprends de certaines d'entre elles et j'espère ainsi pouvoir instaurer un dialogue constructif entre les religions. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravi d'échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.