Histoires de cultes

Les religions vues d'ici-bas

Anglicanisme : Quelle différence avec les catholiques et protestants ?

| 5 commentaires

L’origine de l’anglicanisme

La formation de l’ église anglicane (connue aussi sous le nom de Church of England) remonte à un imbroglio politique et religieux entre le roi Henri VIII d’Angleterre et le pape Clément VII de Rome au XVIe siècle. Ce dernier refusait d’annuler le mariage catholique du roi d’Angleterre avec Catherine d’Aragon qui ne lui avait pas porté de fils. Lorsque Thomas Cranmer, protestant, devient archevêque de Canterbury, Henri VIII profite de l’occasion pour se soustraire – lui et son pays – à l’autorité papale et devenir l’autorité suprême de l’église en Angleterre en 1531 et épouser sa favorite Anne Boleyn.

Le roi n’exerce cependant pas de réelle influence sur le plan religieux ou doctrinal. C’est à la mort du roi que Thomas Cranmer introduit des principes de la réforme dans l’église anglicane. Son ouvrage « livre de la prière commune » publié en 1549 modifie alors sensiblement les traditions cultuelles de l’église anglicane. C’est la période dite de la Réforme anglaise, aussi appelée schisme anglican.

Quelle est la doctrine de l’ église anglicane ?

Sur le plan de la doctrine, l’anglicanisme est donc un mélange de théologie catholique et protestante réformée, une forme de troisième voie entre les deux religions chrétiennes historiques et dominantes. La majorité des anglicans célèbrent ainsi 7 sacrements : le baptême, l’Eucharistie, le mariage, la confession, l’ordination, la confirmation et l’onction des malades. Si elle a profondément fait évoluer sa doctrine mariale, l’église anglicane a conservé les apparats du culte (robes, objets, vitraux et d’autres encore) issus de la tradition catholique et célèbre les messes dans des bâtiments assez éloignés de la simplicité revendiquée des temples protestants.

Malgré les trente-neuf articles de la déclaration de foi de l’église adoptés sous le règne d’Elisabeth 1 en 1571, la diversité et la flexibilité sur le plan doctrinal est assumée par les anglicans. On y distingue ainsi plusieurs courants : High-Church, Anglo-Catholique, Low-Church et évangéliques; sans compter les différences liées à l’autonomie de chaque pays, diocèse ou province dans l’expression du culte. Par ce positionnement, l’église anglicane souhaite être un lieu de réconciliation des religions chrétiennes (catholique, protestante ou orthodoxe) et participer au renforcement du dialogue oecuménique entre chrétiens.

Une grande diversité sur certains sujets théologiques

Mais la position sur l’Eucharistie dévoile la complexité de cette diversité des croyances au sein même de l’anglicanisme, puisque certains anglicans expriment une vision plus protestante réformée, considérant la Sainte Cène comme un souvenir de la mort de Jésus-Christ, alors que d’autres y voient la présence réelle de Christ dans le pain et le vin partagé. Chez les catholiques cette doctrine de la « transsubstantiation » est une partie centrale de la messe et ne peut faire l’objet d’aucun compromis. De même les différentes églises anglicanes dans le monde ont eût des opinions souvent opposées sur l’ordination des femmes ou le mariage homosexuel. La communion entre des positions doctrinales et ecclésiales aussi distinctes doit être bien compliquée à vivre.

Anglicanisme - église anglicane en France

L’ église anglicane en France

L’église anglicane française  est historiquement peu représentée; seules quelques villes possèdent leur église officielle pour permettre aux « expats » (immigrés anglais) de célébrer un culte conforme à leurs traditions. Elle appartient au diocèse européen et est dirigée par un archidiacre de France et de Monaco : Meurig Llywd Williams. La présence la plus connue et visible est, bien entendu, la cathédrale américaine de Paris (cathédrale de la Sainte Trinité, av Georges V), mais d’autres importants bâtiments ou lieux de cultes existent : Christ church à Lille, Eglise Saint Marc à Versailles et l’église anglicane de Lyon par exemple. L’anglicanisme revendique 83 lieux de culte anglican en France en zones rurales et urbaines. La plupart n’ont toutefois qu’un office irrégulier en langue anglaise. Sur le plan international, la Communion Anglicane (organisme fédérateur de tous les diocèses anglicans) est forte de 70 millions de membres et établie dans 161 pays.

Connaissez vous la tradition anglicane ? Avez vous pu visiter une église ou une cathédrale anglicane ? Percevez vous d’autres différences avec le culte catholique bien mieux connu ici en France ?

Auteur : Phil Arvis

Passionné de foi et de religion, je fais des études par correspondance dans une faculté de théologie pour mieux comprendre les divers courants de pensées et l'histoire des religions et des cultes (d'où le nom de ce blog d'ailleurs!). Je m'attache à décrire ce que je comprends de certaines d'entre elles et j'espère ainsi pouvoir instaurer un dialogue constructif entre les religions. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravi d'échanger avec vous !

5 Commentaires

  1. ce n’était pas henri VII mais Henri VIII

  2. Bonjour,

    Il y a une erreur dans votre texte : c’est Henri VIII d’Angleterre qui est à l’origine de cette formation de l’église anglicane et non Henri VII son père.

    Cordialement

  3. Ayant lu ce post, je le trouve très bon. J’apprécie que vous preniez le temps et l’énergie pour mettre en forme cet article. J’ai pris du temps pour lire et apprécier votre texte, et je voulais donc vous en informer par ce commentaire.

  4. Le mariage du prince Harry (second fils de Diana) et de Megan Markle célébré dans l’église anglicane ce 19 mai 2018, a été une vraie mise en lumière des traditions liées à l’église d’Angleterre. Nous y avons observé le rôle joué par la reine Elizabeth II (défenseur de la foi et gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre), la place de l’apparat dans le lieu de culte (la chapelle St George du château de Windsor), les habits des célébrants et la liturgie de la cérémonie.

    A noter aussi que l’actrice, a choisi se faire baptiser anglicane quelques semaines avant la cérémonie religieuse. Un choix étonnant tout de même après une éducation familiale protestante, un cursus scolaire dans une école catholique pour filles « Catholic Immaculate Heart » et un premier mariage célébré dans la tradition juive; tout ceci signalant un parcours religieux personnel pour le moins éclectique.

    Merci à tous ceux qui ont visité ce blog, qui a vu une explosion de son trafic en cette après midi du 19 mai avec près de 4200 visiteurs. J’espère qu’il a répondu à vos attentes pour mieux comprendre les aspects différenciants de la tradition anglicane.

    Qu’en avez vous pensé ? N’hésitez pas à poster vos réflexions ci dessous.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.