Histoires de cultes

Les religions vues d'ici-bas

Ramadan 2018: Dates, origines, horaires et pratiques

| 0 Commentaires

Le jeûne du mois de Ramadan, qui constitue l’un des cinq piliers de l’Islam, est, pour les musulmans, une pratique religieuse majeure. Elle accompagne les autres fondements de la vie musulmane: la profession de foi, la prière, le zakat et le pèlerinage à la Mecque.

Les origines du jeûne du Ramadan

Le mot lui-même provient de l’arabe « ramida », qui désigne une chaleur très vive. En effet, le jeûne prescrit permettra, en quelque sorte, de « brûler » les péchés. Les origines du jeûne se confondent avec celles de l’Islam. Selon la tradition musulmane, l’archange Gabriel apparaît à Mahomet lors de la 27e nuit du mois de ramadan. C’est à cette occasion qu’il lui révèle le Coran. Et c’est le Livre sacré des musulmans qui, dans sa deuxième sourate, impose la pratique du jeûne au cours de ce neuvième mois du calendrier musulman.

La pratique du jeûne pour les musulmans

La date de début du jeûne varie chaque année. Ce décalage s’explique par la nature lunaire du calendrier musulman. De l’aube au coucher du soleil, il est donc interdit de boire et de manger. Mais le jeûne s’entend de façon plus large, car l’Islam proscrit également, durant cette période, l’usage de la cigarette et les relations sexuelles.

Le Ramadan est régit par un calendrier lunaire musulman

Mais les obligations du musulman ne s’arrêtent pas là. Il ne s’agit pas seulement pour lui de se priver de nourriture, mais aussi d’approfondir sa foi durant le jeûne et de montrer envers autrui de la tolérance et de la compassion.

Notons par ailleurs, que l’Islam exempte du jeûne certaines personnes. C’est ainsi que les malades, les gens âgés ou encore les femmes enceintes ne sont pas tenus au jeûne. Dans ce cas, il est toujours possible de remplacer le jeûne par des actions charitables, comme, par exemple, la préparation de repas pour les pauvres.

A la fin du jeûne, les musulmans doivent s’acquitter d’une autre obligation. Ils sont tenus de verser aux plus pauvres la « zakat al-fitr », ou aumône légale. Elle est, elle aussi, un des piliers de l’Islam.

Une fête musulmane familiale

Le jeûne n’est pas seulement synonyme de rigueur et d’ascèse. Il comporte aussi un aspect festif. C’est en effet l’occasion de se retrouver en famille ou entre amis. Les musulmans doivent alors tout faire pour se réconcilier avec leurs proches. Ces retrouvailles ont d’abord lieu chaque soir, au moment de la rupture du jeûne. Ensemble les familles pourront alors partager le « ftour », « ftor » ou « iftar »: le repas du soir.

Le moment de rupture du jeûne change chaque jour; aussi les fidèles doivent-ils consulter les horaires du calendrier du jeûne, qui leur donneront les précisions nécessaires.

Les familles se rassemblent aussi, à la fin du jeûne, dans la célébration d’une fête musulmane majeure, l’ Aid el-Fitr. La date de cette fête est précise. Elle est célébrée le jour suivant le dernier jour du mois de ramadan, soit le premier jour du mois de Chawwal. Cette fête rassemble tous les membres de la famille autour de repas plantureux, où les pâtisseries orientales, dans toute leur variété, sont à l’honneur.

La veille de ce grand jour, les musulmans célèbrent la « nuit du destin » ou « Laylat al-Qadr« , qui rappelle la révélation du Coran au prophète Mahomet.

Auteur : Phil Arvis

Passionné de foi et de religion, je fais des études par correspondance dans une faculté de théologie pour mieux comprendre les divers courants de pensées et l'histoire des religions et des cultes (d'où le nom de ce blog d'ailleurs!). Je m'attache à décrire ce que je comprends de certaines d'entre elles et j'espère ainsi pouvoir instaurer un dialogue constructif entre les religions. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravi d'échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.