Histoires de cultes

Les religions vues d'ici-bas

Histoire du jeune de l’ Achoura, dates et origines

| 0 Commentaires

Le 20 septembre 2018, le monde musulman fêtera l’ Achoura, qui correspond au dixième jour du mois de Muharram, premier mois du calendrier musulman. Mais bien que fêtée par tous les musulmans, cette fête d’origine juive n’a pas la même signification pour tout le monde. Pour les sunnites, c’est un jour de fête, alors que les chiites commémorent la mort de l’imam Hussein.

Aux origines de l’ Achoura

Bien avant d’être une fête musulmane, l’Achoura était une fête juive. Cette fête, appelée Yom Kippour dans la tradition juive, signifie « jour d’expiation ». Elle commémore la délivrance du peuple d’Israël par Moïse. En 622, le prophète Mahomet observa les Juifs faire le jeûne le jour de Yom Kippour. Après leur avoir demandé pourquoi ils jeûnaient, le prophète estima que Moïse était plus proche des musulmans. Il jeûna et conseilla à ses fidèles à faire de même. Mais pour éviter d’être confondu avec les fêtes juives, il recommanda de jeûner deux jours, à savoir le neuvième et le dixième jour du mois de Muharram. D’où le nom Achoura, qui vient de « achara » qui signifie dix en arabe.

Aujourd’hui encore les musulmans fêtent l’Achoura. Cependant, le jeûne bien que recommandé, n’est pas obligatoire. De plus, cette fête n’a pas la même signification selon les deux grands courants de l’Islam : le chiisme et le sunnisme

Achoura : Traditions et coutumes chiites

Pour les chiites, l’Achoura est une fête très importante. C’est un jour de deuil, qui commémore la mort de l’Imam Hussein, figure emblématique du chiisme et petit-fils du prophète Mahomet, décapité en 680 à Kerbala.

Pendant cette fête, de grandes processions sont organisées, dans lesquelles le martyre de l’imam est rejoué. C’est également un jour de pèlerinage à Kerbala, lieu où se trouve le tombeau de l’imam et où les pèlerins font des manifestations de flagellations impressionnantes. Ces rites sont également effectués dans d’autres villes et pays où se trouvent des populations chiites. En Iran, cette commémoration s’appelle Ta’Zieh.

Traditions et coutumes sunnites de l’Achoura

Le sunnisme considère l’Achoura comme une fête moins importante que d’autres et a une signification différente selon les pays. Au Maroc par exemple, des concepts culturels ont été ajoutés aux cérémonies religieuses. Au fil du temps, cette fête est devenue une fête dédiée aux enfants. Le premier jour, des cadeaux sont offerts aux enfants, tandis que le deuxième, la tradition veut que les enfants aspergent les passants d’eau. Cette tradition est appelée zem-zem.

En Algérie l’Achoura est un jour férié, et c’est une fête plus familiale. Les Algériens se réunissent autour d’un repas.

Certaines coutumes commencent malheureusement à se perdre. Par exemple Certaines familles faisaient l’aumône, d’autres brûlent de l’encens ou visitent les cimetières.

Cette fête est-elle régulièrement célébrée en France ? Racontez nous les coutumes de votre famille en ce jour…

Auteur : Phil Arvis

Passionné de foi et de religion, je fais des études par correspondance dans une faculté de théologie pour mieux comprendre les divers courants de pensées et l'histoire des religions et des cultes (d'où le nom de ce blog d'ailleurs!). Je m'attache à décrire ce que je comprends de certaines d'entre elles et j'espère ainsi pouvoir instaurer un dialogue constructif entre les religions. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravi d'échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.