Histoires de cultes

Les religions vues d'ici-bas

Faire le carême: jeûne et prière

| 0 Commentaires

Le carême n’est pas, en soi, une fête religieuse chrétienne mais un temps de préparation à la fête catholique ou orthodoxe de Pâques, c’est à dire la célébration de la Résurrection de Jésus-Christ. Dans l’église catholique elle dure quarante jours, sans compter les dimanches, entre le Mercredi des Cendres et le Dimanche de Pâques.

En cette période, les fidèles de l’Eglise catholique (comme les orthodoxes et certains protestants anglicans ou méthodistes) font pénitence et observent une forme de jeûne ou d’abstinence. Mais en 2019, faire carême, ce n’est pas uniquement prier et jeûner chaque vendredi jusqu’à Pâques. On peut aussi arrêter de fumer, manger moins de chocolat, ou encore ne pas aller sur Facebook.

Faire carême avant Pâques

Quelle est l’origine du carême ?

Le mot carême provient du latin «quadragesima» qui signifie quarantième. Dans la Bible, le chiffre 40 a une portée symbolique très importante. Il y a les quarante jours et quarante nuits du jeûne de Moïse avant de recevoir les Tables de la Loi, les quarante années de traversée du désert par les Hébreux avant d’entrer dans la terre promise, les 40 jours de pluie du déluge de Noé, ou les quarante jours de Jésus dans le désert. Ainsi le nombre quarante renvoie à un temps de préparation et d’épreuves avant une ère nouvelle.

Le carême, c’est surtout l’occasion de «faire un petit effort».

Ce temps de pénitence a été introduit par l’église dès le IVème siècle. La pratique a évolué au cours des siècles, mais encore de nos jours, les catholiques considèrent que cette période est propice à la prière, à l’aumône comme geste d’amour et au détachement des biens matériels. Les fidèles sont incités à la réflexion et à l’introspection.
Les orthodoxes y voient en plus une dimension de combat entre les forces du bien et du mal. En pratiquant le jeûne le fidèle est affaibli; c’est le moment pour lui de combattre spirituellement.

Pour tous les chrétiens, il s’agit d’une période de changement, pour discerner les valeurs essentielles et s’ouvrir aux autres.

Spécificités du carême dans l’église orthodoxe

Dans l’Église orthodoxe russe il existe de très nombreux « carêmes » au cours de l’année liturgique. Pour celle qui précède Pâques, on parle de Petit et de Grand Carême. Le Petit Carême est une période de trois semaines avant le Carnaval, pendant laquelle on réfléchit et on prie pour se préparer à la pénitence qui va suivre. Le Grand Carême commence alors le Lundi Pur, après le dimanche de Carnaval et se termine le vendredi précédent la semaine sainte.

Quand pratique-t-on le carême ?

Les dates du carême catholique sont donc du mercredi 6 mars au Samedi 20 avril 2019, et du 26 février au 11 avril 2020.

Le carême orthodoxe, quant à lui, débutera le lundi 11 mars et se terminera le vendredi 26 avril 2019 (dans le calendrier julien)

La pratique du carême s’inscrit souvent dans un parcours de découverte de la foi chrétienne pour les catéchumènes adultes qui demandent le baptême. Ils entreprennent alors une démarche d’initiation par laquelle ils entrent progressivement dans l’Église catholique. Leur accompagnement permet à la communauté chrétienne toute entière de redécouvrir le sens profond du carême. C’est le temps d’une nouveauté, d’une nouvelle vie. Mais aussi une période de combat.

Comment faire le carême aujourd’hui en France ?

L’objectif du Carême est d’asservir le corps pour purifier l’âme, car en privant le corps on nourrit l’âme. Il s’agit d’apprendre à maîtriser le corps. Il y a bien sûr tout ce qui a trait au repas: le jeûne et il y a l’abstinence.

« Faire carême en 2019, c’est aussi ne pas aller sur Facebook »

Et puis il y a aussi une pénitence plus moderne, comme ne pas aller sur Facebook, se retenir de répondre à ses emails pendant une journée ou déconnecter le téléphone portable. L’idée, c’est de s’extraire de toutes ses petites addictions, de faire un petit effort.

Que manger pendant le carême ?

Faire Carême signifie « manger maigre », par opposition à « manger gras » qui caractérise la semaine qui précède (Mardi gras et Carnaval). Les aliments non maigres sont proscrits: les laitages, les poissons, les oeufs et les viandes, surtout les Vendredis. Les autres jours, on ne mange pas entre les repas.

Traditionnellement les journées du Mercredi des Cendres et du Vendredi Saint sont des journées de jeûne complet, mais cette pratique est de moins en moins observée par les fidèles.

Et vous, pratiquez vous chaque année certaines de ces traditions du carême ? Ou s’agit-il plutôt d’un rite d’initiation pratiqué une fois dans la vie de foi ? N’hésitez pas à partager vos expériences !

Auteur : Phil Arvis

Passionné de foi et de religion, je fais des études par correspondance dans une faculté de théologie pour mieux comprendre les divers courants de pensées et l'histoire des religions et des cultes (d'où le nom de ce blog d'ailleurs!). Je m'attache à décrire ce que je comprends de certaines d'entre elles et j'espère ainsi pouvoir instaurer un dialogue constructif entre les religions. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravi d'échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.