Pessah, la fête de Pâque juive

Pessah, la fête de Pâque juive

Pessah, une fête de Pâque tout en symboles

La fête juive de Pâque est l’une des périodes centrales du calendrier religieux juif. Elle dure 8 jours du 15 au 22 du mois juif de Nissan (au milieu du premier mois du printemps). Cette fête trouve son origine dans le livre de l’Exode et commémore la sortie du peuple juif, conduit par Moïse, du pays d’esclavage : l’Égypte. Pessah (Pessa’h) symbolise donc la fin de l’asservissement, la liberté retrouvée, le renouveau et la renaissance du peuple juif.

Étymologiquement, pessa’h signifie « passer par dessus » et symbolise l’acte de l’ange destructeur envoyé par Dieu pour tuer tous les premiers nés en Egypte, mais qui passe par dessus les maisons des fidèles juifs qui ont sacrifié l’agneau sans tâche et recouvert les linteaux de la porte d’entrée de son sang. Ce soir de la dixième plaie d’Égypte, tous les premiers nés, hommes et animaux, moururent, et le Pharaon laissa finalement partir le peuple juif vers le désert de Sinaï, puis vers leur terre promise.

Les coutumes et les rites ancestraux qui agrémentent la Pâque juive

La principale cérémonie de Pessa’h – intitulée Séder – se déroule le premier soir. Il s’agit d’un large banquet familial au cours duquel l’on raconte en détail le récit de la sortie d’Égypte – « la Haggadah ». Les rites et symboles sont transmis aux enfants et aux petits-enfants pour rappeler l’intervention divine qui a permis le salut du peuple.

On y partage de nombreux mets symboliques traditionnels : le pain sans levain, pain azyme ou « matza, matsa », un os d’agneau grillé, des herbes amères et 4 coupes de vin ou de jus de raisin. Ceux-ci symbolisent respectivement la rapidité avec laquelle le peuple a fui pendant la nuit ne laissant pas le temps au pain de lever; l’agneau sacrifié, l’amertume de l’esclavage subi et le vin symbolisant la joie et le bonheur de la liberté retrouvée.

Une Matsa consommé au banquet Séder de la paque juive
La Matza Chemoura de Pessa’h est une galette de forme ronde et plate, façonnée à la main avec du blé pur, sans levain.

D’autres symboles accompagnent traditionnellement la fête de Pâque juive :

  • Nettoyage de la maison du Hamets : toute la famille recherche dans toute la maison, les produits issus du blé, de l’orge, du seigle, de l’épeautre et de l’avoine. Ceux-ci sont détruits ou donnés.
  • Interdiction d’utiliser du levain en cuisine pendant les 7 jours de la fête.
  • Nouvelle fête à la fin des 8 jours

2 réactions au sujet de « Pessah, la fête de Pâque juive »

  1. Information très intéressante. Merci ! Quelques remarques sur le style; c’est l’idéal, court et informatif. Parfait. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *